05 août 2006

la folle qui reniflait les arbres

Ah, merci tout plein pour vos commentaires, qui non seulement me remontent le moral, mais sont truffés de bonnes idées!
(Songer à emmener un tonneau de vinaigre dans le jardin. Grâce à quoi, une fois installée, je pourrai lire Karel Capek à mon aise en tricotant du liseron. Yes!!)

Autre développement étrange de mon nouvel état de jardinaute : depuis que je sais que j'ai deux arbres envahissants chez moi (les sumacs),  j'ai développé un intérêt saugrenu pour les envahissants végétaux.

Au début, je dois dire, il y a eu un très gros stress (misère! épouvante! il fallait que ça tombe sur moi!). Les péregrinations sur le net ne m'ont apporté que des mauvaises nouvelles : ...rien à faire... ça fait quatre générations qu'on en a dans nos prairies et on ne peut pas s'en débarasser... cette plante est pire que le chiendent... ne coupez pas, ça en fait repousser davantage... n'arrachez pas, ça en fait repousser davantage... ne respirez pas, ne regardez pas, etc...

Affolant, mais depuis lors j'ai eu l'occasion de constater que toutes les plantes indésirables n'ont de toute façon qu'une idée en tête : conquérir le monde, en commençant de préférence par vos plates-bandes. A présent, je sais. Désherber sera mon lot quotidien : sumac, houx, érable, pissenlit, sumac, trèfle, fougère, cerisier, sumac, framboisier, pissenlit, lilas, sumac, lierre, liseron, liseron, liseron, liseron, sumac. (Pardon à ceux que j'oublie, c'est juste qu'on a pas encore été présentés.)

Eh bien laissez-moi vous dire, les envahissants végétaux, c'est un vrai sujet. Consacrez deux heures de temps à vous documenter, et vous ne regarderez plus jamais un innocent talus de la même façon. Ils sont parmi nous...

Une de mes camarades de tricot et compagne de misère, est embarassée dans son jardin de renouée du japon (la Fallope Japonaise, n'ayons pas peur de l'appeler par son nom). Une forte solidarité nous lie désormais : victimes du rhizome, unissons-nous! Courage courage, chère V., quand la débroussailleuse parlera, l'affreuse verdure tremblera!

Eh bien, justement, j'ai un message de consolation pour elle : il y a moyen d'avoir encore pire dans son jardin. Depuis quelque temps, j'observe sur mon trajet quotidien un individu suspect  -  un grand, bel arbre  - dans un jardinet à front de rue qui fait beaucoup, beaucoup de rejets. L'autre jour, inspirée par l'aspect caractéristique des graines, je froisse une feuille pour la renifler...
Horreur. C'est bien Ailanthus altissima, le cauchemar arborimorphe. L'arbre qui terrorise des milliers d'américains et détruit à lui seul des hectares de biodiversité végétale... bien sûr, ce truc pousse de plusieurs mètres par an mais encore il fait des racines tentaculaires, devient rapidement indestructible, envoie ses graines à tous les vents, fabrique des toxines souterraines pour bousiller les autres plantes, et se permet encore de sentir mauvais. On ne peut pas se tromper: ça rappelle le beurre de cacahuètes rance...

Ce qui est incroyable, c'est qu'il se trouve encore des pépiniéristes pour vendre cette sorte de peste végétale (alors qu'on ne devrait la semer par inadvertance que chez ses pires ennemis, et encore, seulement s'ils habitent très très loin).
Lorsque vous choisissez une plante pour votre jardin, renseignez-vous. Surtout que les liserons, vous les avez déjà.

Où en étais-je?... Ah oui : si d'aventure dans les rues de Bruxelles, vous croisez une particulière affublée d'un gros sac à dos et occupée à renifer des feuilles d'arbre, eh bien... venez donc me serrer la pince!
Promis, c'est pas contagieux.

A bientôt pour du tricot!

Posté par knitchy à 18:41 - je me mets au vert - Commentaires [22] - Permalien [#]

Commentaires

    Comment as-tu fais???

    Pour sacrifier ton sumac?????

    Posté par Andrenis , le 10 août 2008 à 13:07
  • Ca pourrait être pire : tu pourrais avoir du bambou dans ton jardin...

    Posté par Mireille , le 05 août 2006 à 21:34
  • Ah oui, j'oubliais : il y a aussi du bambou chez le voisin. Avec toutes ces traçantes dans tous les sens, on n'est pas près d'avoir des taupes...

    Posté par Sophie , le 05 août 2006 à 21:58
  • Ah le sumac, je connais... Un trou de presque 1 m pour déterrer et éradiquer une malheureuse pousse...
    C'est vrai que quand on y regarde, au lieu de traquer les fleurs sauvages, on devrait plutôt s'occuper de toutes ces espèces qui viennent parasiter nos jardins...
    Tu vas me trouver folle, mais moi qui n'ait pas encore de jardin, j'adorerais avoir un petit sumac et défendre mon jardin contre l'envahisseur ;o)

    Posté par Angsoka , le 06 août 2006 à 10:55
  • Moi aussi, comme Angsoka, j'aime bien les sumacs... mais je n'en ai pas dans mon jardin. Par contre j'ai des bambous ! Et je suis tout à fait de ton avis, il ne faut pas planter n'importe quoi dans son jardin ! Moi ce qui me fait trembler, c'est la renouée, j'en ai entendu dire tellement de choses horribles (ça perce le bitume, même 1 mm de racine arrive à pousser etc... etc...), et puis c'est une réalité ici, pourtant très rural, car il y en a partout dans les fossés et au bord des routes.

    Posté par Sandrine Tricof' , le 06 août 2006 à 12:15
  • Quand je viens chez toi, je suis certaine que je vais éclater de rire dès la deuxième ligne de ta prose, et ça ne rate jamais !
    Ceci dit, j'ai un Sumac dans mon jardin et je l'aime beaucoup. Sûr qu'il drageonne, mais si on arrive à ne conserve que le premier plan, ça fait tout de même un bel arbre dont le coloris d'automne est sublime. Voyons le bon côté des choses.

    Posté par Val , le 06 août 2006 à 12:17
  • ah "l'année du jardniner"... j'adore aussi ce livre

    Posté par circé , le 06 août 2006 à 12:21
  • Tous ces arbres et autres plantes envahisseuses semblent également avoir envahis ton âme de tricoteuse... au secours rendez-nous notre sophie !!!
    As-tu vérifié s'ils n'avaient pas le petit doigt en l'air ? (ni'mporte quoi moi encore!)

    Posté par thalie , le 06 août 2006 à 12:53
  • Zut, Thalie a écrit exactement le commentaire que je voulais écrire ) J'ajoute que j'ai éclaté de rire plus d'une fois à te lire, qu'est-ce que tu attends pour écrire un livre ?

    Posté par Christine , le 06 août 2006 à 16:39
  • Bonjour Sophie !
    Merci pour ton passage sur mon blog.
    J'apprécie également le tien. Mon intérêt pour le jardinage est tout nouveau, j'ai été désignée responsable de l'espace vert de notre petite copropriété, et donc je suis obligée de m'y mettre. J'ai fait un lien sur mon blog si tu es d'accord, j'y reviendrai pour m'informer car je n'ai pas la main verte ... et puis je suis très impatiente de voir tes travaux de tricot -si tu veux voir de la super laine chaussette made in Germany, www.sockenwolle.de (marque Opal), l'usine est tout près de chez moi.
    A bientôt
    Jacqueline

    Posté par Jacqueline , le 06 août 2006 à 17:20
  • Oh tu pourrais avoir aussi des sureaux, dont certes les fleurs font un excellent pétillant, mais dont le moindre grain tombé au sol redonne un arbre ; génial aussi pour les oiseaux qui en sont très friands, les transportent partout et en sèment sur leur passage, sans parler de ce qu'ils sèment aussi après avoir dégusté ces baies, évidemment juste au-dessus du linge blanc qu'on vient d'étendre....On peut aussi avoir la bonne idée de planter du tussilage, ça fait bien c'est officinal....on a beau regretter après, plus rien à faire, la fleur semble si frêle, la feuille est deux fois comme une feuille de rhubarbe(c'était pas mis sur l'étiquette), et ça file dans tous les sens, plus t'arrache, plus ça repousse....Bon pour ton sumac, je t'envoie la spécialiste, nous avons traînant sur la blogosphère du tricot, une vraie pro, apparemment elle connaît pas encore ton blog.
    nath

    Posté par Harpe , le 06 août 2006 à 18:12
  • Ta tam !!!! Ici la spécialiste !!!! Envahies de tous blogs, une seule lecture pour vous, évidemment après Capeck, : "L'éloge des vagabondes "de Gilles Clément. Déjà pendant qu'on lit on ne pense plus aux racines sournoises qui colonisent rapidement la terre sous nos pas... Ensuite on y découvre d'autres belles inconnues qui font les nuits blanches (ou vertes) de nos compagnons d'infortune, jardiniers naïvement émerveillés par la pousse tendre du tremble ou l'étoile rose layette de la saponaire ... Et on se réjouit de ne pas les avoir chez soi. Franchement on ne peux pas tout avoir ! Quant aux vraies solutions miracles, vous ne pouvez décidémment pas compter sur moi, elles n'existent pas. Seules la pioche ou la tondeuse les font disparaitre momentanément. Certains espèrent les juguler en contreplantant pire envahisseuse ... Imaginez c'est comme la laine du mouton qu'on ne tondrait plus ... une avalanche de feuilles, la jungle amazonienne en pleine banlieue ... avec juste un hamac qui rimerait avec sumac ... mais au fait si c'était ça aussi un rêve de jardin !!!!

    Posté par agastache , le 06 août 2006 à 20:21
  • rouée renouée

    On peut cauchemarder sans avoir de jardin, en France la moindre zone humide est infestée de renouée du Japon : classement "espace naturel sensible" ou pas, elle s'en contrefiche.
    Alors depuis mon appartement avec balcon béton, je compatis!

    [bonjour de passage - lectrice de longue date, commenteuse minable que je suis]

    Posté par élise , le 06 août 2006 à 21:53
  • ouh lalaaaaaa...

    A te lire je commence à me réjouir de n'avoir qu'une minuscule cour de 12 m2 avec 1m2 de terre. Bon courage tout de même, et que cela ne te détourne pas trop du tricot.

    Posté par catherine , le 06 août 2006 à 23:36
  • Brrr ! Greenery attakcs : les envahisseurs sont là. Je ne vais plus regarder la verdure de la même façon maintenant...

    Posté par Dorothée , le 07 août 2006 à 09:03
  • Haha, mais le sumac, c'est très intéressant, ça, ça teint! Et cric et crac, la teinture est dans le sac, et sans complexe encore? Pour ton espèce de papyrus, j'ai bien l'impression d'en avoir un dans mon minuscule jardin. Toutes les semaines, je le coupe à la base et il repousse encore... Tu n'as pas cité le bambou, une horreur végétale. (Surtout, ne pas tricoter cette viscoce!!) Allez, bon courage (trrrremblez, bonnes gens, la peste végétale est parmi nous...)

    Posté par fleur , le 07 août 2006 à 15:09
  • tu pourrais devenir copine avec le prince Charles, il parait qu'il parle aux plantes lui aussi, mais il ne tricote pas, il fait de l'aquarelle...
    Pourtant la laine avec bambou, quelle douceur...

    Posté par vivi's mum , le 07 août 2006 à 16:26
  • et les clématites sauvages, tu connais? une horreur, il y en a plein les talus des chemins de fer, pareil la grande berce...reste à leur trouver une parade... avant, il plantanient de patates là où ils voulaient défricher, la patate étouffe tout! bonne chance!

    Posté par Florence , le 08 août 2006 à 17:36
  • Si le sumac est utilisé comme épice (chez les Turcs entre autres), c'est pour son goût acidulé mais aussi pour son pouvoir colorant (cf Fleur). Pourquoi ne pas lancer ta gamme de laine "teinte aux herbes de mon jardin"?

    Posté par Urraca , le 09 août 2006 à 18:08
  • Pour te remonter le moral je te conseille de lire le livre de Gilles Clément : Eloge des vagabondes - Herbes, arbres et fleurs à la conquête du monde. Il décrit très bien ces plantes envahissantes, et les erreurs de ceux qui parfois les ont implantées dans nos contrées.
    Mais lui n'est pas complétement pessimiste.

    Posté par Modestine , le 10 août 2006 à 07:41
  • Bon ca va pas t'aider pour le sumac, mais j'ai appris ze truc qui tue pour les pissenlits: il suffit de les saler au coeur de la plante pour les voir se decomposer en quelques jours. Un vrai bonheur ...

    Posté par Sophie (Lille) , le 13 août 2006 à 21:08
  • J'avais un sumac dans le jardin, qui était volumineux et que j'ai sacrifié car il attirait toutes les guêpes du quartier, et j'ai une horreur absolue de ces bestioles.

    Posté par dominique(08) , le 26 août 2006 à 22:47

Poster un commentaire