21 juin 2006

sérieuse concurrence pour le tricot

Hé oui. A présent que voilà les beaux jours, entre le turbin et l'oreiller, je fonce dare-dare là-bas au jardin arracher des pissenlits et jeter des regards courroucés sur les sumacs qui poussent partout. Je peux vous dire que quand je rentre chez moi après une bonne séance de débroussaillage, la vieille bête a mal au dos et les volets tombent vite.

Avec ça, j'expérimente les joies toutes nouvelles de la vie à l'air libre. Petite crotte bien puante (chat??) le long de la clôture... Dizaines d'insectuscules qui piquent férocement sous le t-shirt (santé et beauté au jardin, tu repasseras ! je suis couverte de piquouzes !!)... Séances de football sur le terrain de sport pas très éloigné (mais pourquoi est-ce qu'ils ne peuvent pas taper sur ce ballon avec un peu de délicatesse ??)... Petits enfants adorables dans le voisinage ("Mais tu as fini ta banane ?" "Waaaaaaaaah!!" "Je t'ai dit de finir ta banane!")... Sonores jacasseries vespérales des pies et des corneilles ("Tu l'as vue ma branche? T'approche pas de ma branche!")... Etc, etc...

Bref, c'est "la vie au village", et c'est pas le calme plat! Très dépaysant pour moi qui ai toujours vécu en pleine ville et en appartement. Va falloir s'habituer...

tricot: faire et défaire...

Pour tout arranger, je n'ai rien trouvé de mieux que de défaire encore 2 fois ma chaussette ornithorynque, qui devient un véritable objet de martyre.

L'ouvrage d'art chaussait parfaitement le pied, mais :
1) arrivée au bout de la terminaison élastique, le mollet (jambon du très-bas) à opposé un refus catégorique d'entrer dans la chose
2) à la deuxième tentative le pied était toujours parfait mais une fois qu'on a ajouté un peu de jambe, l'objet est devenu quasiment impossible à enfiler (je dois reconnaître qu'essayer une chaussette en laine à bouts renforcés par 30° n'a pas beaucoup aidé)

Je réitère donc, en faisant davantage d'augmentations de gousset et en espérant que ça passera mieux. Cette chaussette aura demandé tellement d'efforts de mise au point que je ferais bien d'amortir le patron (si un jour le pied et la jambe se mettent d'accord, évidemment). Dommage que ce soit tricoté en 2mm, c'est pas encore demain que je vais faire des chaussettes souples et moelleuses, moi...

Ce qui est curieux, c'est que je constate que ma serfouette à main est déjà aussi tordue que mes dpns en bambou après cinq centimètres de chaussette. Est-ce que par hasard je jardinerais trop serré ??

Happy knitting and gardening everybody!

Posté par knitchy à 12:37 - Commentaires [20] - Permalien [#]

Commentaires

    Je crois que tu te feras très bien à la vie campagnarde, il faut juste un temps pour s'acclimater. (c'est une parisienne pur jus qui te parles !!!)
    Sans rentrer dans le scato, je ne pense pas que se soit des chats qui aient souillé ton jardin.
    Pour les bestioles qui piquent, je n'ai pas de remèdes, je suis une bonne proie aussi.
    J'aurais bien voulu voir la chaussette ornithorhynque terminée, moi !!!

    Posté par dominique(08) , le 21 juin 2006 à 15:20
  • Ca s'appelle du sumac, ce truc horrible qu'on avait aussi en Hollande ? En fait, c'est pour ça que je suis revenue en France. J'ai lâché prise avant lui.
    Planter serré, héhé. Attention, t'as laissé une mauvaise herbe, là, sur la gauche : ton jardin n'est pas parfaitement symétrique !

    Posté par Mireille , le 21 juin 2006 à 15:57
  • Ah ! les joies du jardinage... surtout si tu es comme moi et que tu ne veux mettre aucun produit chimique... désherber l'allée, redésherber l'allée, re-re-redésherber l'allée... Je rentre moi aussi à la maison avec les avant bras qui grattent furieusement et mal au dos pour le reste de la journée...
    Mais après quel plaisir de tricoter dans la verdure... ! enfin... quand les enfants sont couchés...

    Posté par Séverine , le 21 juin 2006 à 20:08
  • si tu jardine aussi serrer que ton tricot mais où va t'on??
    bon courage pour le dechiffrage de tout ça..

    Posté par Violaine , le 21 juin 2006 à 22:12
  • tu remarqueras que Violaine n'a jamais eu de jardin à défricher mais le jardinage serré, c'est trop fort - tu nous as manqué hier au café tricot - pauvre chaussette ça me donne encore moins envie d'essayer mais tu en viendras à bout comme des mauvaises herbes

    Posté par vivi's mum , le 22 juin 2006 à 09:11
  • Et ouin la vie en appartemant est beaucoup plus calme que dans une maison de village. On vient d'en faire l'expérience...
    Jardin et pelotes, c'est un excellent programme pour l'été ça !

    Posté par Dorothée , le 22 juin 2006 à 09:38
  • Merci pour l'éclat de rire (peut-être pas très charitable, pardon !) dû au jardinage trop serré, j'ai adoré ! Bon courage pour tout, et je suis sûre que tu viendras à bout de la chaussette ornithorynque récalcitrante !

    Posté par Christine , le 22 juin 2006 à 09:48
  • Le premier été, je jardinais en petite tenue, histoire de bronzer en même temps (avec produit solaire). Après quelques piqures de taons, attaques d'abeille alléchées par le monoï et lacérations des mollets, je ne sors plus la binette qu'en manches longues et pantalons très longs. Au moins, ça évite le bronzage "agricole". Tu vas aimer le jardin, j'en suis sûre, quand tes fleurs vont te rendre au centuple le fruit de tes efforts. Idem pour ta chaussette, qui te servira de "chaussette de sécurité" pour jardinage serré.
    Bises, bon courage.

    Posté par Val , le 22 juin 2006 à 12:28
  • Avec une chaussette bien raide, tu n'auras plus de piqûres de quoi que ce soit et les ronces et autres épines se casseront les dents dessus, c'est tout bon.
    La campagne n'est pas un endroit tranquille... il y a les "bruits". Je vois que tu es poursuivie par le foot "en vrai" jusque dans ton voisinage, ma pôv'. Retire-toi dans un château de la lande lointaine, tu sais, un de ceux qui portent l'un de ces noms dont tu as le secret ;-p

    Posté par Véronique , le 22 juin 2006 à 20:16
  • Et ce n'est pas tout...

    Tu as sûrement oublié ceux qui tondent leur pelouse à longueur de dimanche après-midi, relayés par ceux qui allument le barbecue dès 16h30.
    Allez, courage, la vie bucolique a aussi ses bons côtés. Et toutes les malheureuses sans jardin t'envient.

    Posté par Catherine , le 22 juin 2006 à 21:20
  • Courachhh

    Le pire dans un jardin, c'est le défrichage..après, c'est moins pire..Je ne sais pas si tu as bcp de sumacs à eradknitter, ni si ils sont très gros ou si ce sont essentiellement des rejets, de toutes feçons c' est plutot décoratif, et très joli en automne.Garde en un ou plus selon la taille de ton jardin, ils ne sont pas difficiles à contenir et ne deviennent pas bien encombrants...J'adore les jardins, mais arriver à un résultat, c'est comme pour le tricot: réflexion préalable, tenacité et ne pas hésiter à passer à autre chose pour ne pas se décourager, un autre en cours quoi.Ah, oui toutes les mauvaises herbes ne demandent pas le même traitement, renseigne toi pour ne pa te fatiguer pour rien.De tout coeur avec toi, ce qui te fait une belle jambe..

    Posté par wigwane , le 23 juin 2006 à 03:33
  • ta vie à la campagne m'a beaucoup plu ! Très drôle ! Je connais biens les "je te dis de finir ta banaaaaneeee" et les piqûres d'insectuscules, qui font que le charme et le calme ne sont plus au rendez-vous. Tu as défait ta chaussette ? Serrons-nous la main, moi, c'est tout mon irlandais que je vais refaire ! Trop serré, trop petit ! Bon courage...

    Posté par Christine , le 23 juin 2006 à 09:33
  • Ah les joies du voisinage ... tout un poème.

    Posté par Sophie (Lille) , le 23 juin 2006 à 10:43
  • Ah je connais aussi les enfants adorables et les parents qui le sont tout autants... d'où mon rêve d'une grande maison loin de tout ! Mais j'aime encore mille fois ça que de vivre en appartement. Et comme Val, je ne jardine qu'avec manches longues et pantalon long, gants, lunettes de protection et casquette si le soleil cogne. J'ai moi aussi ris aux éclats en lisant que tu jardinais peut-être serré !! Sinon, si ça peut te consoler, il y a pire que le sumac, il y a les renouées du Japon. Heureusement, je n'en ai pas, mais j'en ai entendu parler, et pas en bien !!

    Posté par Sandrine Tricof' , le 23 juin 2006 à 11:46
  • Tu me fais rire! Qu'est-ce que tu me fais rire! Moi, la chaussette, pas encore commencé!

    Posté par fleur , le 23 juin 2006 à 16:20
  • Oh la chouette nouvelle vie de campagne ! J'ai bien ri en te lisant en t'imaginant fourbue dans le jardin avec ta binette et les bestioles qui coiurent le long de tes bras maintenant boursouflés Allez un scregneugneu pour que la cho7 se fasse plus souple et plus agréableà porter par 30° ))

    Posté par thalie , le 24 juin 2006 à 11:29
  • Moi je trouve le sumac bien joli ! J'en laisserais un pousser pour qu'il me fasse de l'ombre pour tricoter au frais !

    Posté par Catou , le 26 juin 2006 à 10:55
  • lol j'ai eu peur en arrivant!!!!

    tu es redoutable en jardinière!

    Posté par le chat qui coud , le 26 juin 2006 à 19:36
  • Le retour du cornichon

    Donc, avec du fenouil, on fait des cornichons? Comment t'y prends-tu et où trouves-tu les cordnichons? (me voilà toute abobie avec ces mystères)

    Posté par fleur , le 27 juin 2006 à 15:13
  • Quel plaisir !!! quel plaisir d'avoir une soeur de chaussette !!! je ne suis pas la seule à faire dans le modèle bizarre bizarre.... Quant à jardiner, je suis pourtant à la campagne, mais faut pas y compter... 35° à l'ombre... donc on attendra l'automne et la mise en place des bulbes d'accord ?

    Posté par Pénélope , le 29 juin 2006 à 15:32

Poster un commentaire