15 août 2009

nouveau concept dans la corsetterie

Mais oui Petite Madame oubliez votre gaine en spandex spéciale compression stratégique. Personne n'avait osé, knitchy l'a réalisé : le pull de pêcheur torsouillé moulant qui tient tout seul et tient vos petites affaires en place toute la journée (ou presque).

Minishmore un motif et demie

J'exagère à peine... Dans mes élucubrations pour réduire Inishmore, aurais-je trop bien réussi ? Je crois qu'il y a royalement 4 cm d'aisance au tour de poitrail. Mais le pire, c'est que je trouve ça encore joli. Serais-je totalement hors de mon esprit comme disent nos amis britons ?
N'étant plus à une hérésie près, je cogite à présent de lui flanquer des goussets afin de pouvoir éventuellement vaguement remuer les bras. Après tout je le tricote en rond comme un gansey alors 'y a pas de raisons.
Bien entendu je n'ai
1/ jamais réalisé de goussets de ma vie
2/ aucune idée exacte de la façon dont je vais mener la suite des opérations en ce qui concerne les manches et les pattes d'épaules.
Enfin, j'ai une idée, mais très vague. J'ai totalement renoncé à lire les explications de Sa Sérénissime Hébridéenne et je pratique le tricot analphabète : regardons les photos et débrouillons-nous.

Le grand problème maintenant c'est que je tricote essentiellement dans le bus et un grand morceau d'Inishmore sur 4 aiguilles circulaires ça devient comme qui dirait encombrant, surtout quand il faut refourguer tout ça en vitesse dans le sac pour descendre au bon endroit (notez que si ça ne tenait qu'à moi, je descendrais pas du tout jamais jusqu'à 18h30 mais ça c'est une autre histoire). Je vais devoir réfléchir aux méthodes de pliage et d'empaquattage - m'est avis qu'il y de bonnes idées du côté des sacs traditionnels nippons.

Sur ce, il fait beau, je vais enfiler mes sabots de jardin et passer à l'attaque !

Allez, on rentre bien le ventre tout le monde, et beau week-end ;-)

PS : Tiens, j'avais même pas vu en chargeant la photo que j'ai une aiguille qui me passe à travers le corps. Vous avez dit tricot-maso ?

Posté par knitchy à 10:57 - tricotages - Commentaires [20] - Permalien [#]

09 août 2009

vacances à trifouillis-les-gravats

Eh bien voilà voilà, mes vacances sont terminées et j'ai à peu près rien vu passer.

chantier à ciel ouvert
L'ambiance, disons-le, a été assez craignos : plus mal habillée qu'au camping, plus mal nourrie qu'à la costa brava, pas un seul pastagas à l'horizon, bref, l'horreur. C'est non sans un certain soulagement que je jette ce soir le t-shirt special cradingue qui a durant ces deux semaines complété mon élégance naturelle à base de terre sous les ongles et de peinture sur les joues. Durant cette parenthèse de retour à la terre et aux fondamentaux j'ai :

- équipé la cave de rayonnages au prix de 4 (quatre) expéditions chez le géant suédois et de deux litres de mélange essence de thérébentine + huile de lin
- décrassé démoussé et repeint mes murets de jardin au prix de 4 (quatre) couches de gris dauphin
- défriché un vingtième de la jungle et remué cent kilos de terre argileuse
- appelé le plombier pour une nouvelle mystérieuse manifestation humide laquelle, malgré la visite du plombier, a gardé son caractère entièrement mystérieux (bientôt le sourcier ??)
- racheté du gris dauphin
- écumé les concessionaires auto à la recherche d'une bonne occase parce que quand on doit aller trois fois par jour au bricomachin du coin, prier Sainte Rita chaque fois qu'on a besoin de la marche arrière c'est pas terrible terrible (et à un moment donné les 11 litres aux cents ça va plus le faire non plus)
- déblayé le minuscule garage pour s'assurer qu'au fait avec beaucoup de doigté on peut effectivement y ranger 1 (une) voiture (mais sans tourner autour ni ouvrir le coffre, faut pas rêver non plus)
- signé en hâte le bon de commande vu que la bagnole là elle a une couleur qui ira bien avec la porte du garage et que visiblement, elle va surtout coucher dehors
- acheté une superbe suspension vintage que j'ai aucune idée comment on va l'accrocher au plafond
- retourné les catalogues de mobilier de jardin dans tous les sens sans trouver les mètres carrés qui manquent à ma terrasse

Avec toutes ces joyeusetés, pas beaucoup de temps pour le tricot. Minishmore, cependant, affiche un caractère d'un optimisme forcené puisqu'il a décidé (dans l'espoir d'aller plus vite ?!?) de pousser par les deux bouts.

Minishmore - premier motif

Je n'ai en effet pas attendu d'avoir fini le corps pour attaquer le problème des côtes, car je sentais (instinct infaillible) qu'il y aurait bien une c...... dans le potage quelque part.
Mais oui mais oui chers petits amis que se passe-t-il quand vous relevez un montage provisoire pour repartir dans l'autre sens? Hein? Hmm?
Allez je vous aide : quand on reprend un montage provisoire pour repartir dans l'autre sens toutes les mailles seront non seulement la tête en bas mais aussi décalées en largeur d'une demi-maille. Si, si. Vous n'avez qu'a essayer pour voir.

Damned. Fouchtra. Et mon bel alignement de côtes ? Tu l'as dans le baba.

Par extraordinaire, ou parce que j'avais vraiment trop d'autres choses sur le feu, j'ai décidé de ne pas m'en faire pour si peu. J'ai fait un rang tout à l'endroit pour marquer la différence entre les deux parties du tricot et placé les côtes torsadées de façon relativement logique par rapport aux torsades du corps. Mes côtes sont toutes torses mais en torse contrariée : un rang mailles endroit tordues dans un sens, rang suivant mailles endroit tordues dans l'autre sens. Cela donne un aspect un peu plus "gaufré" aux côtes (ce que j'aime finalement bien) mais surtout, surtout !! cela évite aux côtes torses tricotées en rond d'obliquer perfidement comme la tour de Pise.

Car oui, je l'ai déjà dit et je le répète : le tricot en rond c'est bien mais ça vrille. Et c'est pire de chez pire avec les côtes et les côtes torses (Sandrine ne m'en voudra pas, elle en parle elle-même dans ce billet). Je connais bien le problème vu que je suis une fanatique de la côte torse et que par conséquent, j'ai déjà toutes mes encolures de chaussettes qui partent en vrille...

chaussettes autes

SAUF ces dernières chaussettes sur lesquelles j'ai expérimenté le coup de la côte torsadée contrariée. Ça marche !

Ah oui évidemment c'est un peu chiant à faire, il faut prendre la maille et la replacer sur l'aiguille avant de pouvoir la tordre en contresens, une maille sur deux un rang sur deux, oui oui c'est du chipot.

Que voulez-vous chez Knitchy on aime la contrariété et le chipot. Même pendant les vacances !

Happy knitting everybody

Posté par knitchy à 21:23 - tricotages - Commentaires [9] - Permalien [#]

01 août 2009

Ô grand puissant de la balayette, je te défie avec ma lavette

Pourquoi j'adore Internet ? Pour ce genre de trouvailles, dégotté ce matin chez Tikabelle (si vous écoutez des podcasts en anglais, je vous recommande celui de Tika, la demoiselle est futée et lettrée)

Le jeu de rôles qui va transformer votre vie (ou tout au moins votre évier de cusine) :

ChoreWars

ChoreWars

Vous n'avez plus qu'à recruter votre petite famille et inciter ses membres à accumuler des points d'expérience en sortant les poubelles ou en briquant l'évier. Toutes les corvées domestiques sont décrites comme autant d'aventures, nécéssitant un degré plus ou moins avancé de force physique (jardinage), habileté (réparer un robinet) ou charisme (convaincre un autre membre de la famille de commander les pizzas). Dans la périlleuse entreprise qui vous attend vous pouvez soit accumuler des points ou gagner de l'or ou, pas de bol, vous laisser contrecarrer par un monstre hostile (le sac de l'aspirateur est plein)

Vu l'état encore très insatisfaisant de la maisonnette chez Knitchy, il m'a semblé indispensable de créer un profil. Voilà ça y est, ma vie a trouvé son sens. I am on a mission.

Je vous laisse, l'aspirateur m'attend.

Happy cleaning, everyone !

Posté par knitchy à 08:26 - blablabla - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 juillet 2009

minishmore (mais il fait suer un maximum)

Inishmore - Alice Starmore Fishermens' sweaters

Il y a très longtemps que j'ai mis ce modèle dans ma liste 'à faire', et presque aussi longtemps qu'un kilo de soft shetland encombre mon stock dans ce but...

Or, depuis que j'ai emménagé, l'ensemble de mon stock n'a toujours pas trouvé sa place dans l'espace qui lui revient - à vrai dire, nous avons actuellement un rangement genre 'métro tokyoïte à l'heure de pointe' dans le coffre et une stupide caisse à bananes à côté du coffre. Et dans le cadre des efforts du nouvel arrivant pour aménager un nid douillet, la caisse à bananes n'est pas du plus bel effet.

stash closet

Entre moi et la felted tweed 145 : le stash

C'est donc essentiellement motivée par l'ambition de virer la caisse à bananes - et accessoirement, d'acheter de la felted tweed - que je m'attaque cet été à Inishmore. (A moins que ce ne soit mon habituel sens de l'à-propos qui me pousse à sortir un encours en shetland aran dans la future canicule estivale?!?)

Le problème avec Inishmore, tient en deux chiffres : 57. Cinquante-sept centimètres, c'est la largeur des dos et devant dans la plus petite taille. Bon moi je veux bien, un pull à torsades n'est pas supposé être hyper-moulant, mais 114 cm de circonférence, tout de même... (allô les années '90 ??)
D'autant que si je veux faire ce pull, ce n'est pas pour la photo dans le livre, mais pour la photo publiée en son temps sur Virtual Yarns, où il est beaucoup plus ajusté et bien plus joli (ce qui reste d'ailleurs un mystère complet et je me demande s'il n'a pas été subreptiscement tricoté en 2-ply sur du 2,75)

Il est très difficile de réduire Inishmore, car c'est l'ensemble des motifs qui produit la largeur du modèle. Il n'y a que 9 malheureuses mailles en point de riz de part et d'autre des panneaux torsadés et quand vous avez sabré dans ces neuf mailles et que vous avez encore un pull qui promet 112 cm sous les bras, vous êtes pas beaucoup plus avancé(e).

Sauf que moi, je suis têtue. Voire obstinée. Voire dangereusement maniaque, genre "je le veux je l'aurai". C'est donc armée de mon carnet en papier quadrillé et d'une bonne dose de patience d'imprudence que j'ai décidé de redessiner les motifs d'Inishmore pour concocter ma version mini.

(Je vous préviens, pour suivre l'affaire dans toutes ses nuances il est recommandé d'avoir la grille d'Inishmore juste sous le nez, ou mieux encore, de dormir avec depuis trois semaines)

Inishmore = 3 répétitions du motif de côté (une tresse flanquée de deux torsades) sur 12 rangs, et un triple motif central (grand losange flanqué de deux demi-losanges*) sur 36 rangs. Jusque là, l'harmonie est parfaite.

*ha c'est beau comme de l'héraldique, non ?

Première tentative : réduire le motif central de quelques mailles,  ce qui donne une répétition sur 32 rangs. On voit déjà que par rapport au motif de côté, ça ne colle plus. C'est pas grave : je compense en 'ouvrant' et  'refermant' les losanges après un double rang neutre pour rallonger un peu. Ça fait des losanges aux coins un peu arrondis, ce qui me rappelle vaguement quelque chose, mais quoi ?!?

papier peint vintage

Argh! les papiers peints de mon enfance!

Ça marche, sauf que...  le début de pull est encore trop grand.

Autre essai : les torsades dans le motif de côté sont construites sur 11 mailles. Je sucre la maille envers entre les deux mailles endroit torses, c'est un peu différent mais ça fera toujours une torsade et ni vu ni connu, je gagne encore 8 mailles dans l'affaire.

C'est pas suffisant.

Réfléchissons. Encore une petite tasse de thé. Mon motif central, là, si je le règle sur 24 rangs seulement de hauteur ça donne quoi ? Et les demi-losanges, si je les réduis un peu en gardant une seule ligne en zig-zag au lieu des trois ? Ah-haah, pas mal. Pas mal du tout. En voiture Simone, c'est reparti pour quelques tours.

Tout va très bien et la taille semble pile-poil sauf qu'après un motif de hauteur le doute esthétique me taraude (oui parce qu'en plus je me paye d'avoir des doutes esthétiques, c'est plus du tricot je vous le dis c'est de la métaphysique). Et les poportions dans tout ça ? Mon truc n'est pas trop mal mais si l'esprit n'y était plus ?? Diable, diable.

OK. Ne nous affolons pas. On est toujours au début de l'ouvrage donc s'il faut recommencer c'est maintenant (tiens donc). Je regarde encore (et encore) sur Ravelry, pour constater que l'exemple qui me semble parfait, eh ben il est tricoté en 3,25. Morbleu.

Je ne suis pas du genre à m'effaroucher devant un tricot un peu serré, mais de la soft shetland, en 3,25, vraiment ?!? Vu que je n'ai plus grand'chose à perdre, j'esaye : motif central complet comme dans le modèle, chaînette sur 9 mailles au lieu de 11, et sabordage de la moitié de la tresse dans le motif de côté.

Et bien c'est un peu raide, fort joli, et... encore trop grand.

Inishmore - échantillons en pagaille

Vous reprendrez bien un échantillon ?

Rendu à ce point de l'histoire tout le monde aura compris que mon niveau d'entêtement avec ce modèle constitue à lui seul une prescription pour la chambre capitonnée (capitonnée avec mes variations d'Inishmore) et que je ferais aussi bien d'ouvrir l'almanach Vermot de la torsade et de bricoler n'importe quel aran grande tradition pour écouler cette satanée soft shetland.

Bien sûr, je n'en ferai rien.

Si j'en crois mon carnet de notes (qui a beaucoup souffert d'autant plus que je ne sais par quelle tactique expiatoire ces dames du café tricot s'y sont mises à plusieurs pour l'arroser d'eau et de café, peut-être pour compléter les taches de sueur), cet Inishmore en est aujourd'hui à son septième avatar.
Aiguilles 3,5 mm, motif central sur 32 rangs, adaptation idoine des torsades de côté pour que la partie la plus bombée corresponde à la pointe des losanges, et tresse coupée en deux. L'essayage du jour indique que ma foi, côté dimensions, ça a l'air de vouloir le faire.

Inishmore - début n°7

Après cette série de prises de tête, il me restera à relever les mailles de montage provisoire pour lancer le bord-côtes, en plaçant les petites torsades de la meilleure façon possible (vu que sur ce coup-là, si on se contente de suivre les explications  de Madame Alice ça tombe un peu n'importe comment, ce qui me surprend beaucoup )

Avec tout ça c'est encore une fois du costaud de chez bétonné.
Si j'arrive au bout et que ce pull parvient encore à se déformer,  je bouffe mon compte-rangs.

joyeux échantillonnage tout le monde !

Posté par knitchy à 09:55 - tricotages - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 juin 2009

belles histoires : le ravaudeur des rues

Entendu sur cast-on, à découvrir pour se remonter le moral : la formidable histoire du gars qui se déplace avec sa machine à coudre ambulante pour aider parmi les plus démunis de San Francisco à ravauder, rapiécer, customiser, régénerer, faire causette...

Michael Swaine: Mending for the people

De quoi agrémenter un peu ce week-end grisounet.
Happy mending everyone !

Posté par knitchy à 10:24 - tiens tiens tiens... - Commentaires [1] - Permalien [#]


24 juin 2009

wtf ?!?

Malgré qu'on a déjà creusé bien profond pour tenter de trouver où part ce $§!**§! de trop-plein de citerne qu'on devra remettre en service, on n'a toujours pas trouvé de trésor.

TROU

Est-ce bête.

Posté par knitchy à 08:45 - ma vie est un enfer! - Commentaires [7] - Permalien [#]

21 juin 2009

grosse flemme

Ça n'aura pas échappé aux trois âmes valeureuses qui se donnent la peine de passer par ici : 'y a comme un hiatus. Ben oui, j'ai perdu des forces dans le grand combat de la vie ces derniers temps, et un peu perdu la foi. Même plus envie de descendre mon stash. C'est dire.
Est-ce le résultat combiné du déménagement et du jardinage, mais j'ai mal partout et vraiment l'impression d'avoir dix mille ans. Même mes mains me font mal, en sus du syndrôme carpien bien connu. Premiers signes arthritiques ?!? Youpi. En quatre semaines post-emmenagement j'ai déjà eu affaire, entre autres bricoles, à une inondation de lave-linge et une inondation pluviale par tuyeau de poële interposé. Youpi tralala. Demain les gars du bétonnage reviennent faire un peu de crasse en éventrant la citerne. Youkaïdi youkaïda. Tout ceci est sans compter sur l'infiltration dans le mur du salon qui nécéssitera autres forces cimentages et crassouillages. Oyé.

Donc me voici officiellement sur les flancs : impossible de me sortir du lit ce week-end. Je ne fais rien et je clapote sur mon laptop en écoutant les oiseaux dans le jardin. (Ah au fait il y a aussi concert de perruches depuis cinq heures du matin en cette saison. Oui c'est normal, c'est Bruxelles donc il y a des perruches par milliers. Ce pays est surréaliste jusque dans les moindres détails.)

IMG_4449_edited

Paysage vespéral depuis mon salon. Les relations avec le chat des voisins, bien qu'entachées de l'occasionel tas de crottes malodorantes, se passent plutôt bien. Tenez, je ne l'ai pas encore vue aujourd'hui et ça me manque (bon sang, est-ce que je vais devenir une de ces créatures entichées de chats ?!?) Au rang du merveilleux bestiaire, j'ai déjà croisé dans mon jardin une tortue de Floride (?!?), une grosse grenouille et un renard. Tout ceci m'enchante; j'attends de pied ferme le raton laveur.

Bon Dieu quelle flemme. Est-ce que j'arriverai à plantouiller mes campanula carpatis cet après-midi ? Rien n'est moin sûr. Plutôt essayer de faire quelques centimètres sur la paire de chaussette qui est en chantier depuis le mois de novembre (sixième réincarnation). De toutes façons il fait très mouillé ici aujourd'hui. Je vais peut-être me faire une tasse de thé. Peut-être.

Bon dimanche tout le monde !

Posté par knitchy à 13:27 - blablabla - Commentaires [10] - Permalien [#]

17 avril 2009

the horror. the horror.

boxes_1

boxes_2

boxes_3

boxes_4

Purée je suis pas sortie de l'auberge. Au moins il y a un truc qui est bien avec les déménagements : quand on en arrive à un niveau de foutoir pareil, on est finalement content de partir de chez soi.

La maison où je vais emménager est si petite par rapport à mon logement actuel qu'au moins cent fois je me suis rongé les poings en me demandant quelle mouche m'avait piquée. C'est vrai quoi, j'étais bien tranquille dans mon vieil appartement, sans corvée de désherbage ni balayage d'escaliers, avec plein de coins et de recoins pour planquer le brol accumulé au fil des années et de la carrière créative.

Mais c'est fini tout ça. Adieu effets de style sur parquet ancien et kitscheries décoratives. A nous la simplicité plus ou moins volontaire (hm-hm, y a encore du boulot) et la vie au grand air, binette en mains et framboisier sauvage dans les cheveux. C'est la récession ? Super, je vais être total dans le ton : d'ici quelques semaines on me verra en tablier en train de sarcler le potager.
Y a même un poële à bois de prévu (sauf que vu les délais de livraison ils sont probablement en train de fignoler les charnières à la lime à ongles).

Bref, depuis le temps que j'en parle, 2009 sera vraiment l'année de la décroissance, voulue-forcée peu importe, il va falloir dégager. J'ai encore beaucoup de mal à purger les vieilles affaires (entre autres vendre une table que j'aimais beaucoup - sniffff) mais quand je vois les caisses à bananes qui s'accumulent... 

lecture du moment
je vous le mets parce que
1/ c'est très bien
2/ pour vous aussi - même sans déménagement - c'est l'heure du nettoyage de printemps non?
http://unclutterer.com/

Bon week-end y'all !

Posté par knitchy à 13:34 - ma vie est un enfer! - Commentaires [13] - Permalien [#]

18 février 2009

recherche angle d'équerre désespérément

C'est officiel, c'est irrécupérable : je suis la chieuse des planchers, la pénible du jointoyage, le cauchemard des charpentiers, l'emmerderesse du carrelage. Désormais, pour se distraire le soir au coin de l'écran plat, quelques honnêtes corps de métier enfoncent des forets de 12 dans des poupées vaudou à mon effigie (et tout s'explique, donc).

C'est vrai je l'avoue : j'ai été dure avec eux. J'ai attendu, exigé, trépigné, pour avoir de la rectitude et de l'angle droit, dans une baraque où pas un seul pan de mur ne répond aux exigences de la trigonométrie moderne.

Un bête exemple. Je me lamente ce matin même parce que mon beau carrelage de cuisine ondule comme une danseuse du ventre au sommet de son art. Pourquoi ??? Comment ??? Comment est-ce possible ?!?
Après avoir coincé sa tête sous le meuble de cuisine, l'architecte pose le verdict : ça ondule vu que le mur en-dessous, authentique résidu labellisé 1908 que nous avons commis l'imprudence de ne pas cloisonner ni replafonner de fond en comble, est à peu près aussi plane que la mer d'Hawaï un jour de compétition de surf. Oyé!

Picture_005

Eh ben voilà. Je suis donc l'heureuse propriétaire d'une charmante cuisine rustique dans laquelle je peux aussi bien me bourrer la tronche tous les jours vu que même sobre comme chameau, je verrai toujours le carrelage qui danse.

Esscusez donc cheres lectrices, l'absence remarquable de mailles torses en ce moment. Il y a des encours comme ça, on a un peu de mal à s'en sortir. Et en plus je peux même pas détricoter. Grmf.

Bonne fin de semaine à toutes !

Posté par knitchy à 14:18 - ma vie est un enfer! - Commentaires [12] - Permalien [#]

25 janvier 2009

c'est pas un peu bientôt fini ??

Eh bien, non. On pourrait croire, comme ça, qu'après 11 mois de bétonneuses, meuleuses à eau et burin-piques, poutrelles de soutènement et lave-mains récalcitrants, on commencerait à en voir le bout.

IMG_4115

La bonne blague. Après le bout, il y en a encore, et plus personne ne sait à présent qui/quoi/comment à occasionné tant de retards, pendant que la maître de l'ouvrage ronge ses petits poings serrés parce que la coordination s'est fait la belle depuis longtemps et que de toute évidence, le sens des finitions n'est pas tout à fait identique chez la tricoteuse maniaque et le carreleur/ouvrier menuisier moyen. Heureusement qu'au moins dans la cuisine, j'ai un artiste au travail.

Bon, c'est pas grave. Pour reposer mes nerfs ébouriffés j'ai un truc d'une zénitude totale : je retricote sans cesse la même chose. Très relaxant pour les neurones, et ça évite un suspense insoutenable au café-tricot. (Sixième version de la chaussette baroque, je vous épargne la photo donc)

Et puis, c'est pas si mal si je ne peux pas emménager tout de suite : ayant constaté que mon charmant jardinet sert de crottoir aux chats des voisins, cela me laisse un peu de temps pour m'entraîner au tir au pistolet à eau.

Rogntudju.

Allez, bonne semaine tout le monde !
;-)

Posté par knitchy à 13:33 - ma vie est un enfer! - Commentaires [18] - Permalien [#]


Fin »