11 mai 2008

tout doit partir - alles moet weg !

Le * vieux gras de la quadra sédentaire, le * brol qui traîne partout parce que ça fait cinq ans que "je dois m'en débarrasser", les toisons mi-lavées mi-cardouillées mi-écharpouillées, le ménage qui n'est jamais fait,
les * embrouilles et les * névroses et les réunions ineptes et les factures et les emmerdes et les voisins...
Vous avez remarqué, il fait beau et l'ambiance est au nettoyage de printemps, mais je dois dire que cette année rien ne me ferait plus plaisir que de tout balancer par les fenêtres et recommencer à zéro dans la peau de quelqu'un ou de quelque chose d'autre. Du balai du balai du balai ! Envoyez-moi donc Betty s'il vous plaît.

[ Pour mes amies françaises : le brol est un mot bien de chez nous que vous pouvez traduire au choix par bazar, bidules, machins, trucs, capharnaüm, foutoir, marché aux puces, vieux coucous, crasses, débris, reliquats, etc etc. Mais pour nous aucun de ces mots ni même tous ces mots mis ensembles ne peuvent être aussi éloquents que "brol"]

En attendant le grand moment du vidage total, faisons à notre mesure et rêvons à notre future zenitude. Il m'arrive souvent de suivre les échanges sur le groupe "Simple Living" de Ravelry ("simplicité volontaire" en français).
Une des groupies s'était lancé il y a quelques semaines le "défi des 1000 choses" : se débarrasser de 1000 objets ou ensembles d'objets de son ménage. Tout de suite enthousiasmée, voilà que j'ouvre ma feuille Excel avec les entrées "IN" (quelques centaines de pelotes de chez Jannette) et les entrées "OUT" (à ce jour, trois vieux bouquins). Nous sommes mal partis. Je vais être obligée de mettre dans la feuille "OUT" les deux calories dépensées ce matin en allant au marché à pied.

Depuis de nombreuses années je suis fascinée par le dénuement volontaire.
Il faut dire que j'ai une lourde hérédité dans la culture du brol; il s'en faut en effet de très peu que les petites manies conservatrices de mon paternel ne mènent tout droit mes parents vers le destin des frères Collyer. C'est avec une rage parfois vengeresse que j'ai dû jeter des trésors innombrables de clous rouillés, savons fossilisés et commodes à trois pattes entassés dans la cave de l'appartement familial que j'occupe en ce moment... Ce travail de Sisyphe n'est jamais fini, car à présent je dois m'occuper de mes propres encombrements, achetés avec mes propres sous depuis l'âge de 14 ans. On a déjà réussi à en être quitte de la caméra de photomécanique (trois cent quatre vingt huit cheveux blancs chez ma mère) et du tour de potier électrique, mais je ne m'étais évidemment pas arrêtée en si bon chemin. Non moindre des séquelles sont les quantités de fringues achetées avec quinze kilos de moins et de la vanité en plus, alors que je m'imaginais encore prendre du plaisir à parader dans des chaussures à talons surélevés. Depuis lors, l'âge aidant, j'ai attrapé des cors aux pieds et je ne rêve plus que de Mephisto (la vieillesse est un naufrage, on me l'avait bien dit). Sans compter que la chaussette tricotée main dans les Sergio Rossi, c'est quand même très dur.

Pour tout arranger, si un jour je m'installe dans cette maison qui est en bonne voie pour devenir mon tombeau (ça tombe bien le cimetière n'est pas loin) il n'y a à peu près aucun de mes meubles qui y rentre, c'est dire si il va falloir faire de l'air. Je me demande combien de lignes ça vaut sur une feuille Excel, une garde-robe en cerisier ?!?

Pssst, à propos de fringues, pour celles qui sont déjà inscrites sur Ravelry, allez donc jeter un coup d'oeil sur le parfait placard. Ça donne le vertige, non ?

un peu de tricot, peut-être ?

Ce n'est pas tout à fait de ma faute s'il y a eu un accident de stash récemment. Je cherchais en effet un fil un peu rustique pour faire un cadeau à une amie et bingo, voilà la Rowan Yorkshire Tweed qui débarque. Comme vous le savez, une couleur qui arrive par la poste vient rarement seule. Et que fait-on quand on reçoit une laine d'une autre couleur qui est parfaite et qui en plus est dans une qualité discontinuée ? Hein ? Ben oui. On sort ses doigts crochus et on rafle [ entasse entasse entasse ]

lof_6bL'étole pour mon amie est en bonne voie. C'est la Lead or Follow Scarf, un bien beau motif de dentelle mais qui a connu un faux départ pour cause d'inimitié avec la bordure d'origine. Ici à gauche la première version : sans trop m'expliquer pourquoi, je n'arrivais pas à trouver l'ensemble très élégant et plus ça montait, plus le malaise s'installait.


lof_edge
J'ai donc recommencé 'from the scratch', avec une bordure minimaliste. Il faudra bloquer avec énergie et il est possible que les bords roulottent toujours un peu, mais je préfère ça.

lof_8




Ce qui me fait penser que j'ai un problème systématique avec les bordures, qu'il s'agisse des châles ou des étoles. Moins y a de bordures, mieux je me porte. Ce qui me fait penser que je serais bien inspirée à l'avenir de faire de la dentelle mousse. Ah aah, voilà comment la tricoteuse même la plus bornée en apprend tous les jours.

Cela a déjà souvent été évoqué, mais en ces temps pénibles je ne peux que rappeler toutes les vertus lénifiantes de notre sport favori. Quand vient le moment de se réfugier sur le canapé, entre le whisky et le chocolat le thé vert et le chocolat bon d'accord alors juste le thé vert - l'Ipod sur les oreilles et planquée derrière ses aiguilles, alors on peut proclamer haut et fort : "Foutez-moi donc tous la paix bande de gros nuls".

ça ne change pas la face du monde mais ça fait avancer l'étole.
lof_7

Et à propos du fil ? Je l'aime beaucoup, beaucoup. Sec, très léger, fingering weight comme je les aime (110m/25gr), et ça tient même chaud. Je ne verserai pas encore des larmes de sang à l'idée que ce fil est discontinué car j'attends de voir en personne la Rowan Scottish Tweed qui pourrait bien être kif-kif pareille. A mon avis ils ne discontinuent rien du tout ces futés, ils changent juste le nom de temps en temps pour nous permettre de rafler tous les fonds de stocks chez tous nos marchands favoris. Eh bien pourquoi pas si ça nous fait plaisir. N'est-ce pas ?

Bon tricot tout le monde ;-)

Posté par knitchy à 17:55 - ma vie est un enfer! - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

    post brillantissime comem d'habitude ! Perso, le placard idéal me fait penser à un déménagement en cours, et je n'aime pas du tout. Ou alors à un emmenégaement, car il ebon la peinture fraîche ! Par contre, ton tricot, mmmm quel régal, c'est très joli et le (whisky)thé vert est un carburant efficace. Bande de gros nuls ? Je te trouve bien polie... moi, c'est un autre vocabulaire que j'utilise quand je me réfugie dans mon canapé. Par conte pour se planquer derrière ses aiguilles, faudrait tricoter en N° 56, non ?

    Posté par Christine , le 12 mai 2008 à 06:45
  • Ah, le ménage par le vide... Et dire que je jette au moins 50L de brol (chouette mot) toutes les deux semaines et qu'on est toujours aussi encombrés...
    Bon courage donc pour ton tableau excel !
    L'étole est bien jolie ! A ce rythme elle sera bientôt portée !

    Posté par Angsoka , le 12 mai 2008 à 08:55
  • ah? je ne suis pas la seule à avoir eu un petit accident de Yorkshire tweed???

    sans blague...

    Posté par circé , le 12 mai 2008 à 09:51
  • Encore un billet qui ravit sa lectrice ! Moi aussi, dans la dentelle et les travaux de mâçonnerie jusqu'au cou, et même pas le courage ni le temps de trier et de jeter avant de mettre dans les cartons. Ca nous promet un beau mois de juillet, tiens ! Heureusement que dans le nord de la France il y a des braderies.

    Posté par bulle , le 12 mai 2008 à 10:04
  • le ménage par le vide c'est mon homme qui le fait, en tout cas l'étole est magnifique

    Posté par sand354 , le 12 mai 2008 à 10:09
  • Quelle belle étole, tu gâtes tes amies!

    Posté par fleur , le 12 mai 2008 à 11:16
  • Alors que je suis en train de ménager par le vide égelement... ton post me donne un peu de courage.

    Ton étole est superbe !

    Posté par Kokolat , le 12 mai 2008 à 11:21
  • Tu me tues, vraiment...chez nous on est pris depuis quelques jours par deux tendances opposées: la boulimie de vouloir tout jeter et le désir sentimental de vouoir tout conserver! Résultat: l'engrenage total!

    Posté par Heather , le 12 mai 2008 à 12:23
  • Je le trouve un peu déprimant le placard idéal. J'ai tendance à faire comme grand-mère qui garde tout, sauf qu'elle a l'excuse d'avoir vécu la guerre, et beaucoup de choses qui ne servent à rien mais quand je les visite c'est comme feuilleter un vieil album photo et tous les souvenirs qui vont avec.

    Posté par Sophie (Lille) , le 12 mai 2008 à 14:45
  • Ah, encore une fois je me régale de lire ta succulente prose. Le ménage vertical, c'est tout-à-fait mon truc, ça me donne l'impression de nettoyer l'intérieur de ma tête. Sauf que comme je suis une acheteuse furieuse, c'est le balancier éternel. C'est comme ça quand on est zinzin... cela dit, une fois qu'on a accepté l'évidence, il n'y a plus qu'à suivre le fil de l'eau.
    Quant à ton étole, damned qu'elle est belle !

    Posté par Val , le 12 mai 2008 à 14:52
  • Tiens moi aussi, j'ai eu un "accident de Yorkshire tweed" ^^

    Posté par Carine , le 12 mai 2008 à 18:48
  • J'ai aussi de furieuses envie de vider le placard des fringues, mais je n'arrive pas à me faire à l'idée que je perdrai jamais ces kg qui m'empêcheent d'y rentrer à nouveau... Et si il n'y avait que les vêtements, bon, bref, demain, je vais faire un tour à la cave.

    Ton étole est superbe, ton amie, va être ravie.

    Posté par dominique08 , le 12 mai 2008 à 21:05
  • Bin c'est bizarre, je suis dans le même état (d'esprit) que toi, j'ai envie de tout envoyer "aux pelotes" , le mari, la famille, tout...et de me barrer le plus loin possible !

    Posté par niqui , le 13 mai 2008 à 14:03
  • J'ai adoré ce billet,moi aussi je delaise petit a petit les talons haut et j'ai toujours autant de mal à me débarasser de l'inutile (on en deja parlé d'ailleurs)et des bouts de laine et de fils qui jonchent mon appart. je viens d'amigirumiser le fil mi mohair mi saloperie synthétique que j'ai teint l'autre jour, et ca rend hyper bien contre toute attente, par contre j'ai brodé le visage du dit amigurumi comme une nouille, il ne ressemble a rien : tu nous rammène une bordeuse pour juillet? Quant à la manière la plus judicieuse de faire les poussières chez moi, je répondrais juste: le moins souvent possible.

    Posté par Candy , le 13 mai 2008 à 15:07
  • Quel régal ton post ! moi aussi j'ai quelques problèmes de "brol", mais bon, le brol c'est la vie, ça raconte plein d'histoires, pas la peine d'essayer de s'en dépêtrer avant d'enfiler "la robe en cerisier" !!! (ps: le plus tard possible)
    Biz

    Posté par webdouwap , le 14 mai 2008 à 12:16
  • pfff.... on m'a longtemps appelé Emaus dans ma famille tellement j'aimais récupérer. Je peux justifier pourquoi chacune de mes 20 (25?) paires de chaussures est indispensable et non interchangeable. Pareil pour les livres. Pareil pour les fils. Ca va être drole de déménager au 1er juillet. J'aimerais bien rester au moins 12 mois au même endroit pour voir... à part s'il tombe en ruine et me donne des cheveux blanc (gniark)

    Posté par sof frankenstein , le 15 mai 2008 à 00:13
  • J'ai aussi beaucoup de mal à me séparer de beaucoup de choses, pour diverses raisons. Une chose dont je me débarrasserais volontiers, ce sont les kilos superflus, mais ceux-là restent désespérément ancrés là où ils sont. Malédiction ?
    Je me sens mieux quand je me décide enfin et qu'un peu de place se libère. Mais peu de temps après, elle es de nouveau occupée... par d'autres choses amassées au fil des ans. C'est un mouvement perpétuel.
    Ton étole est splendide, le mariage modèle + fil parfaitement harmonieux, ça m'a l'air bien zen comme tricot...

    Posté par Véronique , le 15 mai 2008 à 15:59
  • c'est beauuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !!!!

    Posté par francesca , le 21 juin 2008 à 13:02
  • Très drôle! je suis une broleuse boulimique incontrôlable et invétérée, je fais le malheur de mon homme, de mon chat, qui cherche parfois vainement un bout de fauteuil et ... de mes enfants, manifestement, si je te crois ... Mon Dieu, que vais-je leur faire subir dès après mon départ définif ?

    Posté par passiflore , le 19 août 2008 à 14:23

Poster un commentaire